Le pot aux rosesprésente Le général inconnu


Le général inconnu

La pièce :

Le Général Achille Beaulieu de Chamfort-Mouron est désespéré : Dans un monde voué à l'abstraction, où l'électronique va plus vite que la pensée, et qui court inexorablement à sa perte, il est devenu totalement inutile et paraît toujours très préoccupé, à la limite de la crise, car il détient des secrets terrifiants.

Sa femme Marguerite s'est réfugiée dans la démence, aidée par les Saintes Écritures. Elle passe son temps dans la cuisine à éplucher des pommes de terre.

Folie douce au regard de celle du monde où nous vivons.

L'arrivée du Capitaine Kraspeck, femme troublante, va bouleverser leur vie.

L'auteur : René de Obaldia

René de Obaldia

Né d'un père panaméen consul du Panama à Hong Kong et d'une mère française, René de Obaldia grandit à Paris où il fait ses études avant d'être mobilisé en 1940. Fait prisonnier, il est envoyé dans un stalag en Pologne mais rapatrié comme grand malade en 1944. Critique littéraire, il publie, en 1952, "Les richesses naturelles", un recueil de récits. Après un court passage comme directeur littéraire aux éditions Pierre Horay, Obaldia publie son premier roman "Tamerlan des coeurs" en 1956. Suivront deux récits : "Fugue à Waterloo" et "La passion d'Émile" qui en 1956 reçoit le Grand prix de l'humour noir. Son second roman, "Le centenaire", est, lui, récompensé par le prix Combat en 1960.
Mais c'est surtout grâce à sa carrière dramatique que René de Obaldia se fait un nom. Des pièces telles que "Génousie", "Sept impromptus à loisir", "Le général inconnu", "Monsieur Klebs et Rosalie", "Du vent dans les branches de Sassafras", "La baby-sitter" et "Les bons bourgeois", lui assurent une audience internationale.
De nombreux prix ont couronné sa carrière. Parmi ceux-ci, le Grand prix du théâtre de l'Académie française en 1985, le Grand prix de la poésie de la SACEM pour "Les Innocentines" en 1988, le Grand prix de la société des auteurs dramatiques en 1989 ou encore deux Molières dont un d'honneur en 1993. René de Obaldia est élu à l'Académie française le 24 juin 1999. Dix ans plus tard, il monte sur la scène du Petit Hebertot pour y lire quelques uns de ses textes, investissant enfin une scène à laquelle il a voué la plus grande partie de sa vie.
Retrouvez toute sa biographie sur : wikipédia
Ou encore sur le site de : l'Académie Française.

L'équipe artistique :

Le général inconnu
Avec de gauche à droite : Nicolle, Geneviève et Claude.
La mise en scène est de Gérard Beyrand.

Représentations passées :

Conception et réalisation du site lepotauxroses.org : Gérard Beyrand